Revue de presse – 15/01/2021

La facture de chauffage a frôlé 1.700 euros par foyer en 2020, Les Echos, 15/01/2021

Les chaudières au fioul, dont les jours sont comptés avec la prochaine publication d’un décret interdisant toute nouvelle installation à partir du 1er janvier 2022 (et dès juillet 2021 dans les logements neufs), ne sont pas que polluantes. Ce mode de chauffage est aussi très coûteux. L’an dernier, les plus de 3 millions de foyers qui en sont équipés ont dépensé 2.108 euros en moyenne, selon une étude dévoilée jeudi par Effy, société de conseil en économie d’énergie… lire

Le gouvernement organise la lente sortie du chauffage au fioul, Le Figaro, 15/01/2021

Toute nouvelle installation sera interdite à partir du 1er janvier 2022, mais les réparations resteront autorisées. Faire des chaudières au fioul une relique des temps bientôt révolus du tout-pétrole. À compter du 1er janvier 2022, il ne sera plus possible de faire installer une chaudière au fioul dans un logement existant, et dès le 1er juillet 2021 dans le neuf. La ministre déléguée chargée du Logement Emmanuelle Wargon a soumis jeudi à concertation un projet de décret précisant la mise en place de cette interdiction. Pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, le gouvernement s’est engagé en 2018 à arrêter le chauffage au fioul en dix ans. Un projet accéléré par la Convention citoyenne pour le climat… lire

L’État en faute face au réchauffement, L’Humanité, 15/01/2021

L’Affaire du siècle a franchi une étape décisive au tribunal administratif jeudi. La rapporteure publique a reconnu une carence de l’État dans la lutte contre le changement climatique… lire

Une liste verte recense les succès obtenus par des aires protégées, Le Monde, 15/01/2021

L’Union internationale pour la conservation de la nature distingue les espaces qui affichent des résultats en termes de sauvegarde des espèces. L’été, le marais d’Episy foisonne de libellules. Le site en accueille une quarantaine d’espèces, soit 70 % de celles présentes en Ile-de-France. Début décembre, les insectes, oiseaux et autres reptiles qui peuplent cet espace naturel sensible (ENS) situé près de Fontainebleau, en Seine-et-Marne, se font discrets. Deux chevaux camarguais et deux vaches galloways pâturent, l’une des parties de la zone humide, l’autre étant fauchée une fois par an. « Nous avons remis en place ces deux pratiques de la fauche et du pâturage pour éviter la fermeture naturelle du milieu et permettre une diversification de la faune et de la flore », explique Sylvestre Plancke, chargé des plans de gestion des ENS dans le département… lire



Citer ce billet
Céline Rival (2021, 15 janvier). Revue de presse – 15/01/2021. Veille énergie climat. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/odii

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search