Analyse du scénario Négawatt 2011

Analyse du scénario Négawatt 2011 / Claude Acket et Pierre Bacher, 10/11/2011, 32 p.

http://www.sauvonsleclimat.org/etudeshtml/analyse-du-scenario-negawatt-2011/35-fparticles/943-analyse-du-scenario-negawatt-2011.pdf

Le scénario Négawatt, par une approche dite « sobriété et efficacité » divise par deux la consommation finale d’énergie.

Cette baisse affecte tous les secteurs d’activité, mais est surtout sensible dans le secteur résidentiel et tertiaire par un programme d’isolation poussé à l’extrême. En second lieu, mais à un niveau très proche, cette baisse concerne les transports, grâce à une baisse limitée de l’usage (- 25 % pour la voiture), mais surtout grâce aux progrès technologiques des motorisations. La consommation finale d’électricité (hors exportation) est presque divisée par 2, mais la production d’électricité doit prendre en compte, en plus des pertes classiques, une consommation interne importante destinée à la production d’hydrogène par électrolyse.

Au niveau des énergies primaires, les énergies fossiles sont pratiquement éliminées (divisées par 15), d’où la forte réduction des rejets de gaz carbonique, et les énergies renouvelables sont multipliées par 3.

La forte croissance des énergies renouvelables concerne au premier chef la biomasse qui, en triplant, couvre 44 % des besoins en énergie primaire. Cette biomasse outre son usage direct pour le chauffage se retrouve essentiellement sous forme de méthane qui joue un rôle central dans le scénario Négawatt, en remplaçant notamment le pétrole dans les transports.

Pour l’électricité, il faut noter la part prépondérante de l’éolien et du solaire photovoltaïque qui ensemble procurent 28 % de l’énergie primaire et environ 60 % de la seule production d’électricité. Mais pour ces deux sources se pose la question de l’intermittence de la production que Négawatt préfère pudiquement appeler « fluctuation ». Pour y faire face, à la solution classique des STEP hydrauliques, est associée en cas de surproduction d’électricité éolienne ou solaire, une « transformation de l’électricité non stockable en molécules qui elles le sont ». Ceci passe par la production, par électrolyse de l’eau, d’hydrogène qui après réaction avec du gaz carbonique donnera du méthane, source de chaleur elle stockable. Cette voie, dont on verra qu’elle est très coûteuse, ne permet pas de combler les creux de production liés à l’intermittence de l’éolien et du solaire. (source et copyright : © sauvonsleclimat.org)



Citer ce billet
Danièle Revel (2011, 13 décembre). Analyse du scénario Négawatt 2011. Veille énergie climat. Consulté le 24 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o9d1

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search