Revue de presse – 23/03/2021

Europlasma va fournir pendant cinq ans des déchets transformés en combustibles, La Tribune, 23/03/2021

L’identité de l’industriel (spécialisé dans la valorisation des déchets) qui a signé ce vendredi 19 mars un contrat de cinq ans avec Europlasma n’a pas été dévoilée. Ce contrat marque un virage attendu par le groupe landais, qui va pouvoir exploiter son expertise dans la sélection très fine des déchets destinés à brûler pour produire de l’énergie. Un accord à 4,5 millions d’euros… lire

Négocier le virage électrique, Les Echos, 23/03/2021

On ne peut pas en vouloir trop à l’Europe lorsqu’elle veut faire notre bonheur et celui de nos industriels malgré nous. Quand Bruxelles cherche à accélérer la disparition de la voiture à essence, c’est bien sûr pour de bonnes raisons. Faire passer plus vite que prévu notre parc automobile du moteur à explosion à la propulsion électrique doit nous permettre de lutter plus efficacement contre le réchauffement climatique. Contraindre nos industriels à basculer en accéléré du Diesel à l’électron est douloureux mais autant prendre de l’avance sur les marchés de demain. Mieux vaut se projeter plutôt que de s’ancrer dans des technologies déclinantes et risquer de laisser les industriels chinois ou américains saisir les nouvelles opportunités… lire

Veolia rejette la première contre offre de Suez, Le Monde, 23/03/2021

Suez a demandé, dimanche 21 mars, à son prétendant de relever le prix de son offre d’OPA, et de céder davantage d’actifs. La guerre des deux géants du traitement de l’eau et des déchets se poursuit, mais on est entré, dimanche 21 mars, dans un conflit projet contre projet. A celui de Veolia, qui prévoit de reprendre 100 % de son éternel rival, moins son activité en France pour des raisons de concurrence, Suez a répondu par une proposition qui, selon son président, Philippe Varin, permettrait une « sortie par le haut » dans un conflit qui a débuté le 30 août. Il n’a pas fallu deux heures à Antoine Frérot, PDG de Veolia, pour rejeter cette « offre fantôme » et relancer les hostilités… lire

Nexity lance en France l’immeuble bas carbone, Les Echos, 23/03/2021

Nexity duplique en France un type de bâtiment existant déjà en Autriche. Sans chauffage ni climatisation, il garde une température intérieure entre 22 et 26 degrés. En matière de construction bas carbone, pourquoi ne pas chercher l’avenir dans le passé, quand le chauffage n’existait pas ? Cette idée radicale a poussé Nexity, premier promoteur de France, à dupliquer dans l’Hexagone un immeuble différent, qui existe en Autriche depuis 2013. Il n’a ni chauffage ni climatisation ni ventilation mécanique. « Quand je l’ai visité en février 2020, à l’extérieur, il faisait -4 degrés et il neigeait. Pourtant, à l’intérieur, la température était de 23 degrés », raconte le directeur général délégué de Nexity Immobilier d’entreprise, Loïc Daniel. Cet immeuble R + 5 autrichien hors du commun s’appelle d’ailleurs le « 2226 », car sa température intérieure reste toujours comprise entre 22 et 26 degrés, malgré son absence de chauffage et de climatisation. Ses 2.400 m2 sont le siège de Baumschlager Eberle, l’agence d’architecture de son concepteur, le professeur Dietmar Eberle. En 2008, ses conférences sur « le futur du passé » avaient peu d’échos. Depuis, la donne a bien changé… lire

Comment la taxe carbone européenne va chambouler le commerce mondial, Les Echos, 23/03/2021

Le projet d’instaurer une taxe carbone aux frontières de l’Union européenne aura des conséquences commerciales directes pour les secteurs concernés. Il suscite l’inquiétude des partenaires commerciaux de l’Union. Des mesures de rétorsion ne sont pas exclues. La voie européenne est étroite… lire

Projet de loi Climat et Résilience : les centres commerciaux dans le viseur, Les Echos, 23/03/2021

La lutte contre l’artificialisation des sols donne un sérieux coup de frein au développement de zones commerciales en périphérie des villes. Le CNCC réclame un assouplissement des règles pour restructurer les surfaces existantes… lire

Veolia met en cause les administrateurs de Suez, Les Echos, 23/01/2021

La proposition faite par Suez, dimanche, à Veolia afin d’aboutir à une solution négociée a suscité une montée de son cours de Bourse… mais aussi une contre-attaque de son assaillant. La nouvelle proposition faite dimanche par Suez à Veolia pour contrer son OPA et obtenir une solution négociée a été rejetée le jour même par son assaillant. Et dès le lendemain, ce dernier a déclenché sa contre attaque. Suez a proposé que ses deux alliés, les fonds d’investissement français Ardian et américain GIP, reprennent en consortium une partie du groupe (9 milliards d’euros de chiffre d’affaires) à un prix équivalant à 20 euros l’action. La proposition permet à Veolia, s’il s’aligne sur ce prix, de prendre le reste avec la promesse qu’Ardian et GIP « pourraient considérer » une OPA sur 100 % de Suez à 20 euros si Veolia retire d’ici à six mois la sienne, déposée le 8 février à 18 euros l’action… lire



Citer ce billet
Céline Rival (2021, 23 mars). Revue de presse – 23/03/2021. Veille énergie climat. Consulté le 25 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/odjt

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search