Revue de presse – 8/11/2021

Les zigzags stratégiques d’Engie, Les Echos, 8/11/2021

L’énergéticien français cède Equans, sa filiale de services, à Bouygues, se séparant de plus de 40 % de ses salariés. Depuis la fusion de GDF et Suez qui a donné naissance au groupe en 2008, la stratégie d’Engie n’a cessé de changer. Un manque de cap vivement critiqué en interne et qui inquiète pour la suite… lire

« Le nucléaire et le gaz doivent être reconnus comme utiles à la transition » / Pascal Canfin, président de la Commission de l’Environnement du Parlement européen, Les Echos, 8/11/2021

L’ex- ministre du Développement, qui fut un acteur important de l’Accord de Paris de 2015, puis le directeur du WWF France avant de rejoindre le Parlement européen, explique aux « Echos » les choix qu’il préconise pour ce qu’on appelle à Bruxelles la « taxonomie »… lire

COP26 : la crédibilité des annonces en question, Le Monde, 8/11/2021

La première semaine du sommet sur le climat a été marquée par de nombreux engagements inattendus. Ce fut une frénésie d’annonces, un tourbillon d’engagements, une succession ininterrompue de prises de parole. Après une semaine menée au pas de charge à la COP26 à Glasgow, une question brûle toutes les lèvres : s’est-on rapproché de l’enjeu principal, à savoir « maintenir en vie » l’objectif de limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C ? Un optimisme prudent était de mise, vendredi 5 novembre, à l’intérieur du Scottish Event Campus, où se déroule la conférence mondiale sur le climat… lire

La France, grande absente des pays signataires, Le Monde, 6/11/2021

Face aux critiques, Paris s’en tient à son calendrier : abandon du soutien au pétrole en 2025, et au gaz au plus tard en 2035. Une « annonce historique », un « pas majeur », la « nouvelle barre de l’ambition ». Nombre d’observateurs ne tarissaient pas d’éloges, jeudi 4 novembre, après l’engagement pris par vingt pays et cinq banques publiques, à la conférence sur le climat (COP26) de Glasgow (Ecosse), de mettre un terme au financement à l’étranger de projets d’énergies fossiles d’ici à la fin de 2022 et de privilégier le soutien « à la transition vers une énergie propre »… lire

COP26 : des énergies fossiles moins financées, Le Monde, 6/11/2021

Un accord, signé par 20 pays, prévoit l’arrêt des investissements publics à l’international, à partir de fin 2022. L’annonce est importante : vingt pays et cinq banques publiques, dont de gros financeurs des énergies fossiles comme les Etats-Unis, le Canada ou le Royaume-Uni, mais aussi l’Agence française de développement, le Danemark, la Finlande, le Mali, la Nouvelle-Zélande, l’Ethiopie, la Zambie ou le Costa Rica, se sont collectivement engagés, jeudi 4 novembre, lors de la conférence sur le climat de Glasgow (COP26), à mettre un terme à leurs investissements publics dans les combustibles fossiles pétrole, gaz et charbon à l’international à partir de la fin de 2022… lire

Décarbonation : Moscou mise sur… le gaz et le pétrole, Les Echos, 8/11/2021

A la COP26 de Glasgow, le positionnement de la Russie est bien flou. Le Kremlin a certes enfin fixé un objectif pour la neutralité carbone de l’économie russe mais, en pleine crise des prix du gaz, les géants de l’hydrocarbure brouillent le message… lire

À Glasgow, une semaine partagée entre couacs d’organisation et effets d’annonce, Le Figaro, 6/11/2021

Mal engagée, la 26e Conférence sur le climat de l’ONU a déjà été le théâtre de grandes promesses. À confirmer. Le vent a tourné à Glasgow. Lorsque la COP26 « de la dernière chance » s’est ouverte dimanche dernier, le risque de fiasco tétanisait
les organisateurs : le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, se disait « profondément inquiet » ; « ça peut très mal se passer » , lâchait Boris Johnson, l’hôte de cette conférence climat snobée par le président chinois Xi Jinping (à lui seul, son pays émet pourtant un quart des gaz à effet de serre de la planète) et ses homologues russe (Vladimir Poutine), brésilien (Javier Bolsonaro) ou encore indien (Narendra Modi)… lire

COP26 : 2e semaine sous haute tension, Les Echos, 8/11/2021

Des négociations plus techniques et plus politiques s’ouvrent ce lundi. De leur issue dépendra le succès ou l’échec de la conférence de Glasgow. Ces derniers jours, un iceberg de 4 tonnes fondait lentement devant le centre de conférences. Un authentique bloc de glace du Groenland convoyé jusqu’à Glasgow pour la COP26, le sommet des Nations unies sur le climat, par les scientifiques activistes de la plateforme Artic Basecamp… lire

« La neutralité carbone nécessite d’investir dans les émergents », Le Figaro, 6/11/2021

Depuis la COP26, Philipp Hildebrand plaide pour une mobilisation de la finance, des États et des entreprises en faveur du climat. Philipp Hildebrand est vice président de BlackRock, le premier gestionnaire d’actifs au monde avec plus de 9 000 milliards de dollars sous gestion… lire

La pollution de l’air favoriserait certains troubles neurologiques, Le Figaro, 8/11/2021

Les polluants atmosphériques semblent affecter notre cerveau, mais les mécanismes à l’œuvre restent mal compris. Troubles reproductifs, respiratoires ou cardiovasculaires, cancers, diabète… Les méfaits de la pollution de l’air sur notre organisme sont de mieux en mieux connus. Mais il en est un qui passe encore souvent sous les radars : elle ferait le lit de troubles neurodéveloppementaux, neurodégénératifs et neuropsychiatriques… lire



Citer ce billet
Céline Rival (2021, 12 novembre). Revue de presse – 8/11/2021. Veille énergie climat. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/odna

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search