Revue de presse – 27/04/2022

En 2027, face au changement climatique, le président Macron aura-t-il des remords ? / Claude Henry, économiste et spécialiste en développement, Le Monde, 27/04/2022

Attention ! Un train peut en cacher un autre. L’avertissement est bien connu sur les quais des gares SNCF. Faut-il laisser un train, qui, parti d’Ukraine, nous tuera peut-être, en cacher un autre qui nous entraîne vers l’effondrement des conditions de vie sur terre, un effondrement certain si nous tardons encore à agir ? Du dernier rapport du GIEC récemment publié un rapport quand même assez effrayant , on n’a pas beaucoup parlé. Dans ce qui suit, nous souhaitons contribuer à rompre ce silence relatif… lire

Transition écologique : « L’efficacité énergétique devra être la priorité numéro un » / Laurent Bataille, Schneider Electric, La Tribune, 27/04/2022

Distributeur deux fois centenaire et numéro 1 mondial de la distribution électrique, l’isérois Schneider Electric est désormais placé au centre des enjeux d’électrification de la transition énergétique. Son président France, Laurent Bataille, revient sur la manière d’adresser l’urgence climatique, soulevée par les différents rapports du GIEC. Pour lui, c’est la notion même d’efficacité énergétique, impliquant le pilotage du mix composé de différentes énergies, qui pourrait représenter à la fois le levier le plus rapide, mais aussi le plus efficace pour amorcer la transition, mais aussi pour accompagner l’électrification des réseaux de bornes de recharge destinée aux véhicules propres… lire

Doubler la production d’électricité, une nécessité / Jean-Hervé Lorenzi, président des Rencontres économiques d’Aix-en-
Provence, et du Cercle des économistes et Alain Villemeur, directeur scientifique de la chaire « Transitions démographiques,
Transitions économiques », Les Echos, 27/04/2022

La guerre en Ukraine et celle, encore à mener, contre le changement climatique nous imposent de revoir profondément les futurs scénarios énergétiques proposés par le gestionnaire du réseau RTE. En effet, le rapport RTE et ses scénarios d’ici à 2050 reposent sur une hypothèse insoutenable : une faible croissance économique de 1,3 % par an. Une si faible croissance, bien incapable de compenser la hausse des dépenses contraintes (loyer, énergie, santé…), de faire face au vieillissement de la population (perte d’autonomie…) et en définitive de dégager des marges de pouvoir d’achat pour de nouveaux équipements, certes « verts » mais coûteux, comme les voitures électriques… lire

Dans la jungle des tarifs d’électricité : plongée dans le business opaque des fournisseurs d’énergie, La Tribune, 27/04/2022

Dopés par l’envolée des prix des hydrocarbures, les cours de l’électricité flambent en Europe depuis un an. Alors qu’il s’est encore amplifié avec la guerre en Ukraine, le phénomène est loin d’apparaître dans les factures des clients en raison du bouclier tarifaire mis en place par l’Etat. Pourtant, les fournisseurs ont réagi différemment à la crise : tandis que certains ont drastiquement augmenté leurs tarifs, voire ont fait faillite, d’autres ont su les maintenir en-dessous du tarif réglementé. Toutefois, si l’explosion des prix de marché perdure, la situation risque de devenir intenable pour tous. Explications… lire

La présidence française du Conseil de l’UE doit lancer un nouveau traité sur les enjeux de la transition énergétique, Le Monde, 27/04/2022

Un collectif d’économistes, dont Lucas Chancel, Anne-Laure Delatte et Thomas Piketty, en appelle à la création d’un vaste plan européen pour sortir de la dépense aux énergies fossiles et soutenir le pouvoir d’achat des ménages. La guerre en Ukraine met cruellement en lumière la dépendance énergétique des Européens. Depuis le début du conflit, l’Union européenne (UE) a importé 39 milliards d’euros d’énergies fossiles de la Russie. La flambée des prix du pétrole et du gaz, atteignant des niveaux que l’on n’avait plus connus depuis la crise pétrolière de 1973, menace de causer des tensions sociales majeures… lire

Découplage : la bonne nouvelle du dernier rapport du GIEC / Stefan Ambec, directeur de recherche INRAE et Claude Crampes, professeur émérite d’Economie à la Toulouse School of Economics, La Tribune, 27/04/2022

Derrière sa tonalité alarmante, le troisième volet du sixième rapport du GIEC sur l’atténuation du dérèglement climatique cache une note d’optimisme qui change fondamentalement la donne : le découplage de la croissance du Produit Intérieur Brut (PIB) et des émissions de gaz à effet de serre… lire

La hausse des cours est partie pour durer, Les Echos, 27/04/2022

Les prix resteront à des niveaux élevés jusqu’en 2024. La hausse des cours est généralisée, ce qui complique la substitution d’un produit par un autre. Les cours des matières premières ont atteint des sommets historiques et la situation n’est pas près de s’inverser, met en garde le dernier rapport annuel de la Banque mondiale sur ces marchés. « Les prix vont se maintenir à des niveaux historiquement élevés jusqu’à la fin de 2024 », jugent les experts de l’institution multilatérale… lire

Les prix agricoles et de l’énergie seront élevés jusqu’en 2024, Le Figaro, 27/04/2022

La guerre en Ukraine constitue le choc le plus important depuis les années 1970, alerte la Banque mondiale. Le choc majeur provoqué par la guerre en Ukraine sur les prix des produits de base va avoir un effet durable. Dans un rapport publié mardi, la Banque mondiale prévoit qu’ils « vont se maintenir à des niveaux historiquement élevés jusqu’à la fin de 2024 » , expliquant que le conflit « modifie la physionomie des échanges, de la production et de la consommation dans le monde » . La tendance à la hausse, à l’œuvre depuis plusieurs mois, tirée par le rebond post-Covid et les contraintes d’offre, s’est accélérée au premier trimestre sous l’effet de l’offensive russe… lire

La guerre en Ukraine, un choc systémique pour les matières premières, Les Echos, 27/04/2022

De l’énergie aux métaux en passant par les céréales, la guerre a exacerbé les tensions sur les ressources naturelles. Selon un rapport de la Banque mondiale, il s’agit du choc le plus important depuis les années 1970. Pétrole, gaz, charbon, céréales, huiles, engrais, métaux… Le constat de la Banque mondiale est sans appel : « La guerre en Ukraine a provoqué un choc majeur sur les marchés des ressources naturelles et modifié la physionomie des échanges, de la production et de la consommation dans le monde », explique l’institution dans son rapport annuel sur les matières premières. Le conflit entre deux géants des matières premières, a exacerbé les tensions liées à la repriseplus rapide que prévu de l’après-Covid… lire

L’AIEA tire la sonnette d’alarme à Tchernobyl : le niveau de radioactivité sur le site nucléaire est « anormal », La Tribune, 27/04/2022

Nouvelle alerte à Tchernobyl. Selon le chef de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, le niveau de radioactivité du site de la centrale nucléaire ukrainienne est « anormal ». Ces propos ont été tenus alors que Rafael Grossi est en visite sur le site pour “intensifier les efforts visant à prévenir le danger d’un accident nucléaire”, selon un communiqué de l’AIEA diffusé vendredi… lire

Autonomie alimentaire : la France pourrait satisfaire plus de 100% de ses besoins (contre 60% aujourd’hui), La Tribune, 27/04/2022

L’agriculture française assure moins de la moitié de la consommation nationale de produits agricoles bruts. L’industrie agroalimentaire, elle, couvre aujourd’hui près des trois quarts des besoins en produits transformés. Leur potentiel est bien supérieur : elles pourraient fournir respectivement 98% et 114% de la production nécessaire pour satisfaire la demande interne, calcule une étude… lire



Citer ce billet
Céline Rival (2022, 27 avril). Revue de presse – 27/04/2022. Veille énergie climat. Consulté le 27 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/odqe

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search