Sûreté nucléaire en France post‐Fukushima

Sûreté nucléaire en France post‐Fukushima : Analyse critique des Évaluations complémentaires de sûreté (ECS) menées sur les installations nucléaires françaises après Fukushima / Arjun Makhijani et Yves Marignac. Institute for Energy and Environmental Research (Takoma Park, Maryland,USA) ; WISE (Paris), Février 2012, 176 p.

 http://www.greenpeace.org//france/PageFiles/300718/120217RapportECS-IEER-WISE-Paris.pdf

Cette contre-analyse menée par des experts indépendants [à la demande de Greenpeace] démontre qu’en cas d’accident entraînant une fusion du cœur du réacteur aucun des 58 réacteurs nucléaires français en fonctionnement ne résisterait mieux que ceux de Fukushima : les risques de ruptures de confinement et de rejets radioactifs importants sont tout aussi réels qu’au Japon. Sur la méthode d’analyse employée par les exploitants, les experts indépendants sont dubitatifs : les évaluations complémentaires de sûreté ont été faites de manière totalement théorique. Les rapports d’EDF ou d’Areva se basent uniquement sur la conception initiale des installations, c’est-à-dire que le vieillissement et l’usure des bâtiments et pièces ne sont pas pris en compte dans les analyses… (© Greenpeace)

 

–> A ce propos :

– Greenpeace présente sa contre-expertise sur le nucléaire français, Lemonde.fr, 20/02/2012 http://www.lemonde.fr/planete/article/2012/02/20/greenpeace-presente-sa-contre-expertise-sur-le-nucleaire-francais_1645609_3244.html

Jamais l’atome n’aura fait l’objet, en France, d’autant d’études, de rapports et de contre-rapports. Après l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN), la Cour des comptes et la commission “Energies 2050”, c’était au tour de Greenpeace de rendre publique, lundi 20 février, une “analyse critique des évaluations complémentaires de sûreté menées sur les installations nucléaires françaises après Fukushima”

– Greenpeace alerte sur la vulnérabilité des centrales, le Figaro.fr, 20/02/2012 http://www.lefigaro.fr/environnement/2012/02/20/01029-20120220ARTFIG00512-greenpeace-alerte-sur-la-vulnerabilite-des-centrales.php

L’ONG a dévoilé lundi une contre-enquête sur la sûreté des installations françaises. Yves Marignac, l’un de ses deux auteurs, en explique les principales conclusions. La contre-enquête dévoilée lundi par Greenpeace est un long document technique de 178 pages qui passe au crible les conclusions des évaluations complémentaires de sûreté (ECS) réalisées par EDF, Areva et l’institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) dans les centrales françaises après l’accident de Fukushima. Yves Marignac, directeur de l’agence française d’information et d’études sur l’énergie Wise-Paris, l’un des deux auteurs de ce rapport, en expose le contenu…



Citer ce billet
Danièle Revel (2012, 21 février). Sûreté nucléaire en France post‐Fukushima. Veille énergie climat. Consulté le 18 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/o9ib

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search